top of page
Search
  • Writer's pictureapelisse

Comment accompagner le développement professionnel de l'agriculture urbaine? L'exemple Bruxellois.

A l'occasion des Journées Internationales Francophones de l'Agriculture Urbaine que se sont tenues le 6, 7 et 8 juillet dernier, nous avons rencontré, Caroline Bini, chargée de projet chez Groupe One, qui nous a présenté le rôle du Facilitateur d'Agriculture Urbaine (FAU) de Bruxelles. Les informations reccueillies ont l'objet d'un article publié par Agricity Infos.


Ce dispositif, propre à Bruxelles, a été créé en 2018, pour répondre à un marché public publié par la Région Bruxelles-Capitale qui souhaitait offrir un service d’accompagnement en agriculture urbaine aux propriétaires et acteurs de l’aménagement. La production agricole professionnelle comme les potagers citoyens pour favoriser l’auto-production sont visés. En juin dernier, la mission du Facilitateur a été reconduite pour une durée de 2 ans.


Le FAU, un consortium composé de 5 organisations ayant des expertises complémentaires (cf. encadré).


Principales caractéristiques du FAU

- Un consortium d’experts pluridisciplinaires composé de 5 organisations bruxelloises :

• Le début des Haricots soutient la mise en place de projets à dimension sociale ainsi que les potagers collectifs.

• ERU (Etudes et Recherches Urbaines) s’occupe de l’intégration      urbanistique des projets agricoles en milieu urbain.

• Terre-en-vue facilite l’accès au foncier.

• Le cabinet Green Surf est spécialisé dans les techniques de production hors sol et pleine terre et de l’interface avec les bâtiments.

• Groupe One s’est spécialisé dans les modèles d’affaires de      l’agriculture urbaines et soutient les démarches entrepreneuriales.

- Service gratuit jusqu’à 2 jours d’expertise. Au-delà, chaque membre facture personnellement ses prestations. 

- 60 demandes sont traitées annuellement par la FAU, parmi lesquelles 25 nécessitent un accompagnement de plusieurs jours.

Sa mission est d’informer et d’accompagner les propriétaires, les promoteurs immobiliers, les organismes publics et les collectivités. Toutes les demandes doivent être introduites sur le portail* prévu à cet effet et qui est géré par Groupe One. En fonction de la problématique posée, Caroline Bini, se charge de mettre en relation les experts du consortium et les requérants.

Alors que certaines demandes peuvent être traitées par retour de mail, d’autres projets feront l’objet d’un diagnostic, voire d’une visite sur place. Le rapport de diagnostic précise la nature et la durée de l’accompagnement proposé. Afin de répondre au maximum de demande, la FAU limite son intervention, qui est totalement financée par la Région, à 2 jours d’expertise.

Attention, les entrepreneurs en agriculture urbaine sont exclus de ce dispositif, car ils sont pris en charge par le Guichet d’Economie Locale en agriculture urbaine.

Photo: La Champignonière d'Eclo

Delphine Desauvage, conseillère Agriculture Urbaine chez Village Partenaire, les accompagne tout au long de leur réflexion professionnelle. A titre d’exemple, l’entreprise Eclo a bénéficié de ce service (cf. encadré).


Autre fait marquant, le FAU a établi le référentiel “durabilité” de la Stratégie Good Food 2. Ce sujet est traité par Agricity Infos dans l’interview de M. Jan Pille qui travaille à Bruxelles Environnement.


Cet exposé souligne l’importance accordée à l’accompagnement des porteurs de projet en agriculture urbaine par la région Bruxelles-Capitale.



*Le site web de la FAU est www.agricultureurbaine.brussels

1 view0 comments

Comentários


bottom of page